De la glu pour Noël, ça vous prend ça !

Noël approche, sentez-vous l’odeur des tourtières qui cuisent ? Chez nous, on n’est pas encore en mode festif et le sapin n’est pas monté, mais mon chum a déjà fait jouer quelques chansons de Noël pour notre plus grand plaisir. Et bien sûr, la maman à la charge mentale que je suis s’est mise à penser cadeaux. (Mes filles aussi, d’ailleurs… il y a déjà deux lettres d’écrites au père Noël  !)

Alors, cette année, j’offre quoi ?

 De la glu !!!! – C’est la passion de ma presque 7 ans depuis qu’elle est à l’école. Après quelques essais de glu maison (qui ont parfois fonctionné, parfois VRAIMENT PAS), j’ai décidé d’en offrir de la vraie « faite par le père Noël ». Ce charmant petit coffret de glu brillante et multicolore va la faire sauter de joie et l’occuper pendant de nombreuses heures. C’est définitivement ma plus belle découverte… Trop hâte de lui voir la bine quand elle va déballer ça !

 

 

Ensemble pour créer des pompons – Les jeux DIY font un malheur chez nous, et j’aime quand le produit est de qualité. Parce que si on se force à fabriquer quelque chose, j’aime aussi bien que ce soit beau et durable. Ce petit ensemble à fabriquer des pompons peut servir à faire des colliers, des guirlandes, des portes-clés et des petits toutous. Rapide et simple à utiliser, il suffit de presser la laine dans le guide et de tourner. Une fois la laine du paquet utilisée, on peut en acheter d’autre et se servir de la machine-guide (même pas besoin de batteries, yé !).

 

 

 

 C quoi ? – Vous reconnaissez le son ? Vite, il faut appuyer sur votre buzzer. Un jeu tout simple, mais super amusant pour les petits et les encore-petits-mais-plus-trop. Perso, je crois que je vais en faire une petite activité lors de leurs fêtes d’anniversaires. Il y a 25 catégories : véhicules, chanteurs, lieux, films, personnages célèbres, etc., et vous pouvez mettre le jeu en mode adultes pour crinquer le niveau de difficulté. (8 ans et plus)

Ces trois produits sont dispos dans les boutiques spécialisées. Puisque je suis sûre que vous allez vous précipiter pour acheter la glu, je vous suggère de visiter ce site pour vous aider : Ouacheter.kidtoy.ca

 

 

Et pour nous, les adultes ?

Une fois les enfants couchés, nous aussi on a du fun ! Avec une couple de p’tits digestifs, on va se faire quelques parties de 2-3 jeux qu’un ami nous a fait découvrir en vacances cet été.

 

Dixit – C’est un jeu qui fait travailler l’imagination et l’intuition. Un conteur désigné doit faire deviner aux joueurs l’une de ses cartes grâce à un mot, un son ou une phrase. À l’aide de cette phrase-indice, les autres doivent trouver la carte correspondante dans leur main. Mais les phrases sont mystérieuses et les images vraiment étranges… il faut se fier à son intuition ! Super distrayant comme jeu, vous n’aurez jamais joué à quelque chose du genre ! (3 à 6 joueurs, 8 ans et +)

 

 

 

Dobble – C’est une toute petite boîte ronde, et pourtant, elle contient 5 jeux en 1 ! Il faut être vite en titi pour gagner. Dobble est un jeu d’observation : on doit repérer plus vite que les autres le seul symbole identique entre deux cartes et le nommer à haute voix (ex. : cactus !, biberon !, lune !). On doit ensuite prendre la carte ou la refiler à un autre. Attention, c’est complètement FOU comme jeu ! Cet été au chalet, on criait, on se tassait, on chiffonnait presque les cartes tant on voulait les voler. Bonne chance… (2 à 8 joueurs, 6 ans et +)

 

Joyeuses Fêtes et bon magasinage !

 

Publicités

Geneviève et Jean-Philippe

Une nouvelle histoire d’amour ? Mais non. Une relation qui dure depuis un bon bout et qui se passe principalement dans la cuisine. Explications.

Il y a un an ou deux, je suis tombée sur l’article d’une journaliste tentant de relever le défi de manger végétalien pendant 21 jours. Ce genre d’articles-réalité un peu inutiles est l’un des mes plaisirs coupables, cela pique toujours ma curiosité.

Dans son journal de bord, cette journaliste disait avoir beaucoup aimé, si je me rappelle bien, le pudding au chocolat et haricots noirs d’un certain Jean-Philippe. Qui ça ? Cliquant sur l’hyperlien, je suis atterrie sur le site Web de celui que j’allais commencer à suivre depuis ce jour.

La cuisine de Jean-Philippe est un blog esthétique, bien pensé, avec des vidéos et des recettes végétaliennes simples à réaliser. Le Jean-Philippe Cyr en question est un ancien cuisiner qui partage désormais ses plats végans – et goûteux ! – avec qui veut bien le suivre, dont moi-même et mon amie Marie-Pascale qui s’amusons à nous texter nos derniers essais et leur succès – ou échec – auprès de notre famille.

Ce grand gaillard pince-sans-rire est aussi très drôle. Allez visionner sur YouTube quelques-unes de ses vidéos. Celle où il nous entretient du tempeh pendant 7 minutes est un vrai régal d’humour et d’information. Et moi, me faire jaser de tempeh pendant tout ce temps, cela m’intéresse pour vrai. Note : j’ai découvert ce tofu fermenté durant la dernière année et je n’ai malheureusement pas aimé. Revirement de situation :  mes papilles se sont habituées et je m’en délecte maintenant au moins 2 fois par semaine au boulot (parce que non, ma famille n’a pas changé de camp comme moi, boouh…).

Un an plus tard, un lancement de livre

Heureuse surprise du destin, j’ai été invitée au lancement du livre de ce Jean-Philippe mercredi. Pour notre plus grand plaisir, et probablement parce qu’il est victime de sa popularité virtuelle, il a décidé de lancer un livre de recettes végétaliennes, que je me promets d’essayer.

Le livre compile 100 recettes, dont certaines tirées de son site Web. Si vous êtes néophytes avec la cuisine végane, voici quelques plats que j’ai essayés et que je vous recommande :

Keftas de lentilles corail

Pois chiches à l’indienne

Un classique chez nous : Tofu épicé sauce aux arachides

BLT végétalien

Une révélation, délicieuse et santé : Crème glacée végétalienne

Salade de carottes au cari

Mon drink virgin de l’été : Limonade gingembre

Pudding chocolat et haricots noirs

Blackstrap tofu

Je vous invite fortement à aller voir ce dont il est capable. C’est facile à cuisiner, délicieux, santé et préparé avec des ingrédients que vous avez toutes à la maison (le livre compte toutefois des recettes aux ingrédients plus rares comme de la farine de pois chiche, de la farine de gluten, etc.).

Je vous en reparlerai sûrement après avoir servi quelques plats à ma gang. Et, bien sûr, après avoir texté Marie-Pascale. :)

Dents d’adultes 101

J’aime bien informer les mamans de découvertes que je fais sur la maternité et ses défis. Et dans les 48 dernières heures, j’ai constaté + réglé un problème dentaire, grâce à la vigilance de mon amoureux et à la disponibilité de mon dentiste.

Le constat

Mon chum déjeune avec notre 6 ans, qui dit avoir un peu mal aux dents. On savait que ses deux petites dents d’en bas branlaient, mais vraiment pas beaucoup. Mon chum examine donc la bouche de notre mignonne pour s’apercevoir que deux dents d’adultes poussent derrière ses dents de lait. Légère inquiétude (et moi : légère panique).

Parce qu’il n’y a pas de hasard, mon chum avait rendez-vous le matin même chez le dentiste (merci la vie). Avant de partir, il prend donc une photo des dents de requins et la montre au dentiste après son examen-nettoyage.

– Il faut enlever ses deux dents de lait. Cela va créer de la place pour les dents d’adultes, et la langue va se charger de les pousser naturellement au bon endroit. Et parce qu’il n’y a vraiment pas beaucoup d’espace, on va aussi limer les dents voisines pour faciliter la poussée. Bonne nouvelle, on a de la place demain à 8 heures.

Oh boy. Quand mon chum m’a dit cela, je ne voyais pas trop comment on allait annoncer à notre fille que dans moins de 24 heures, elle allait se faire arracher deux dents (j’ai choisi le verbe enlever quand je lui ai parlé, déformation professionnelle) juste avant son camp de jour…

Le jour J

Eh bien, elle a pris la nouvelle comme un party, comme une occasion de devenir grande. Devinez qui était la première levée ledit matin et la première habillée ? Je ne sais pas quel genre d’enfant on a mis au monde. :)

L’intervention a duré un temps éclair de 25 minutes. Même pas pleuré, même pas arrivée en retard au camp, même pas chigné. Je lui ai tenu/flatté la main pendant qu’ils la gelaient, that’s it. Et je suis sortie de là fière comme un paon de ma petite qui a géré cela comme une championne.

Mais cela n’était pas encore dégelé… C’est la monitrice du camp, Pochahontas, qui a dealé avec cela.

Vous dire comment j’aime mon camp de jour.

 

Jujubes maison (et santé !)

Hola les amigas ! Cela fait un petit bail que je n’ai pas donné signe de vie. J’étais bien occupée à profiter de l’été et de ses 1001 activités, et à m’injecter la 4e saison de House of cards avec mon amoureux.

Me revoici.

Parfois, Facebook me surprend avec de petites vidéos de recettes, de trucs pour enfants ou autres DIY. J’enregistre les plus intéressantes et celle-ci en fait partie : des jujubes maison hyper faciles à faire. Si ça prend plus de 4 minutes à réaliser, je ne suis pas mère de deux fillettes. ;)

Pour surprendre vos enfants, qui vont adorer, vous avez besoin :

1 tasse de fruits (les fraises du Québec sont super)

1/4 tasse de jus de votre choix

2 cuillères à soupe de gélatine (1/2 de plus peut aider aussi, si besoin. Je vous conseille la gélatine de Bulk Barn.)

1 moule en silicone 

Réduire en purée les fruits. Pendant ce temps, faire gonfler la gélatine dans le jus. Faire chauffer doucement la purée de fruit et ajouter la gélatine pour la dissoudre. Pas besoin d’une grande cuisson, juste que tout soit bien intégré ensemble.

Couler dans des moules en silicone. Mettre au frigo et attendre que tout fige.

C’est bon, c’est santé, c’est facile, c’est joli. On peut rien demander de plus.

Bon été !

P.-S. J’ai pris les moules chez IGA pour un gros 6,99 $. :)

Les mamans, vous n’êtes pas seules !

Il y a quelques jours, j’ai reçu un courriel de la charmante Audrey, un maman entrepreneure qui a eu une idée de feu : créer un réseau social pour les mères.

Je reçois parfois des courriels de gens ou d’entreprises me demandant de parler de leurs produits ou services sur mon blog. Je partage quelques fois, si cela me touche vraiment ou si j’y vois un bénéfice pour les mères. Ici, je ne pouvais tout simplement pas vous cacher cette formidable nouvelle.

Je rêvais d’un endroit sur internet ou je pouvais être moi-même, parler des vraies choses, et me réjouir de petits détails que seulement les mamans peuvent comprendre! Échanger des trucs avec d’autres mamans, partager nos expériences et s’entraider. Et par dessus tout, j’espérais pouvoir être capable de savoir s’il y avait d’autres nouvelles mamans dans mon voisinage, sans aller cogner à chaque porte, pour que l’on puisse se rencontrer pour prendre une marche ou un café réchauffé 3 fois.

Audrey a donc bâti l’application Social.mom pour briser l’isolement des mères, qu’elles aient des bébés tout neufs ou des enfants plus âgés. Son réseau social se veut un endroit d’échange et de partage pour créer des amitiés, se sentir comprises, ventiler ou exhiber fièrement les jolies photos de nos bambins qui font du tricycle sans se sentir jugées.

Personnellement, je n’ai pas souffert d’isolement durant mes congés de maternité, car j’avais de nombreuses amies en congé en même temps que moi. Mais je sais que si je retombais enceinte (ce qui n’arriveras pas, because vasectomie du papa), je serais sans doute beaucoup plus seule.

J’aurais aimé vous faire une p’tite visite de l’application Social.mom avec de belles captures d’écran, mais pour une raison obscure, mes tentatives de télécharger les vidéos de démonstration ne fonctionnent pas… Bouhou WordPress. Bon. Je vous dirige donc vers le site d’Audrey, où vous pouvez l’entendre parler de son projet avec beaucoup de passion. Et en plus, elle est belle. :)

Audrey, je te lève mon chapeau et te dis merci pour cette initiative extraordinaire !

Téléchargez l’appli tout de suite et socialisez en un clic de doigt. Bon réseautage !

 

 

Pain tressé, effet wow.

Quand je suis partie faire un stage en Hongrie en 1997, j’ai eu le bonheur de travailler dans une boulangerie qui, depuis, est devenue l’un des plus grands succès entrepreneurials d’Europe. (Bien sûr, je ne savais rien de tout cela à ce moment, c’est ma hongroise d’amie Enikò qui m’a récemment mise au courant.)

J’ai alors travaillé avec des locals à pétrir et tresser le pain, garnir des petites pizzas, faire des viennoiseries géniales et empaqueter des minis pains au fromage. Mon plaisir quotidien était de tresser les kalàcs à 6 brins. C’était un peu compliqué au début – surtout avec des ‘profs’ unilingues hongrois -, mais au bout de quelques jours, j’étais une pro.

Ces kalàcs à la pâte briochée délicatement sucrée sont un vrai régal. Et BEAUX, ça se dit pas ! Dimanche, avec mes filles et mon chum, l’envie nous a pris de s’en cuisiner un. Cela faisait 20 ans que je n’avais pas mis la main à la pâte, il m’a donc fallu l’aide de Youtube pour booster ma mémoire.

Et bien TADAM ! Fou, n’est-ce pas ? Quand je suis allée en porter un à ma cousine juste à temps pour le souper, elle a failli tomber par terre.

Si vous avez envie de reproduire le tout à la maison (vos enfants vont capoter), voici le lien :

Bon succès !

Lecture de vacances

Je sais que la relâche est terminée et que, si vous étiez en vacances, elles sont finiiies aussi. Bouh.

Mais pour les autres congés qui s’en viennent, ou tout simplement pour vos temps libres, voici une reco de lecture bonbon, que j’ai découverte à l’émission Di Stasio.

517x4iEtGrL._SX210_.jpgIl s’agit d’un petit livre qui se dévore ou se déguste, c’est selon. J’ai fait les deux. J’ai commencé à petites doses, et j’ai fini en lion. Tout englouti, c’était exquis, merci.

Rinco est une Japonaise de 25 ans qui arrive un soir à la maison et trouve son appartement vide. Son chum est parti. Fini leur amour. Complètement sous le choc, elle en perd littéralement la voix et décide de rentrer dans sa campagne natale rejoindre sa mère, avec qui elle entretient une relation houleuse. Munie d’un carnet de notes qui tient lieu de communicateur, elle décide de faire ce qui lui plaît le plus pour se remettre de sa peine : cuisiner. Et elle le fait avec un dévouement et un amour total.

Au petit restaurant qu’elle ouvre avec ses économies et qu’elle décore avec des articles trouvés un peu partout, elle sert une seule table par jour, mais y met tout son coeur. Elle étudie ses clients d’avance et leur concocte un met sur mesure dont ils ne se remettront pas tellement c’est bon.

J’aimerais vous en dire plus, mais mes filles me réclament un gobelet de lait. Avec un autre biscuit svp maman, ok ? Un seul ?

Oui, mes amours.