Dents d’adultes 101

J’aime bien informer les mamans de découvertes que je fais sur la maternité et ses défis. Et dans les 48 dernières heures, j’ai constaté + réglé un problème dentaire, grâce à la vigilance de mon amoureux et à la disponibilité de mon dentiste.

Le constat

Mon chum déjeune avec notre 6 ans, qui dit avoir un peu mal aux dents. On savait que ses deux petites dents d’en bas branlaient, mais vraiment pas beaucoup. Mon chum examine donc la bouche de notre mignonne pour s’apercevoir que deux dents d’adultes poussent derrière ses dents de lait. Légère inquiétude (et moi : légère panique).

Parce qu’il n’y a pas de hasard, mon chum avait rendez-vous le matin même chez le dentiste (merci la vie). Avant de partir, il prend donc une photo des dents de requins et la montre au dentiste après son examen-nettoyage.

– Il faut enlever ses deux dents de lait. Cela va créer de la place pour les dents d’adultes, et la langue va se charger de les pousser naturellement au bon endroit. Et parce qu’il n’y a vraiment pas beaucoup d’espace, on va aussi limer les dents voisines pour faciliter la poussée. Bonne nouvelle, on a de la place demain à 8 heures.

Oh boy. Quand mon chum m’a dit cela, je ne voyais pas trop comment on allait annoncer à notre fille que dans moins de 24 heures, elle allait se faire arracher deux dents (j’ai choisi le verbe enlever quand je lui ai parlé, déformation professionnelle) juste avant son camp de jour…

Le jour J

Eh bien, elle a pris la nouvelle comme un party, comme une occasion de devenir grande. Devinez qui était la première levée ledit matin et la première habillée ? Je ne sais pas quel genre d’enfant on a mis au monde. :)

L’intervention a duré un temps éclair de 25 minutes. Même pas pleuré, même pas arrivée en retard au camp, même pas chigné. Je lui ai tenu/flatté la main pendant qu’ils la gelaient, that’s it. Et je suis sortie de là fière comme un paon de ma petite qui a géré cela comme une championne.

Mais cela n’était pas encore dégelé… C’est la monitrice du camp, Pochahontas, qui a dealé avec cela.

Vous dire comment j’aime mon camp de jour.

 

Comment déloger un bouchon de cire

oreilleIl y a des fans de Q-tips dans la salle ? J’en suis, comme vous toutes probablement. Or, vous n’êtes sûrement pas sans savoir que l’usage du coton-tige peut provoquer des accumulations de cire dans l’oreille, non ?

Je l’ai appris à mes dépends quand ma 3 ans s’est plainte un bon soir d’une douleur dans le creux de l’oreille. Pensant que c’était une otite, j’ai pris illico rendez-vous chez ma chiro le lendemain.

Avec son otoscope, elle n’a pas vu de tympan bombé, mais un bouchon de cire. What?!

Mets une goutte d’huile tiède dans l’oreille tous les soirs, et après quelques semaines, le bouchon va se ramollir et tomber naturellement.

Hum. Moi, des affaires de ‘après quelques semaines’, j’aime pas trop cela. J’ai donc décidé de tenter le tout pour le tout avec la méthode d’irrigation.

J’avais déjà subi ce traitement il y a une quinzaine d’années. À la clinique, on m’avait placé une bassine sous l’oreille et injecté de l’eau avec une seringue à eau. Hop, tout était parti en même pas 15 secondes.

J’ai donc sorti ma seringue à eau, consulté plusieurs vidéos sur Youtube et me suis lancée. Deux minutes plus tard, j’avais un bouchon de cire de délogé et un chum un peu ébahi. Notre 3 ans continuait de jouer comme si de rien n’était.

Vous avez le même problème ? Voici mes trucs :

  • Soyez certaine que votre enfant a un bouchon avant de tenter l’expérience. Ne procédez pas ‘juste pour voir’, car vous pourriez lui causer du tort. Pour le savoir, il faut un otoscope, et donc, une visite chez un pro.
  • Tirez légèrement sur le pavillon de l’oreille pour bien ouvrir le conduit auditif.
  • Faites le tout dans le bain, car tenir un bol de plastique sous l’oreille en même temps qu’irriguer prend plus d’une paire de mains. De cette façon, vous pourrez agir toute seule (parce que votre chum, ne voudra pas vous aider… haha!).
  • Allez-y en douceur…
  • Utilisez maintenant vos Q-tips pour faire du bricolage. :)

Bonne chance les moms. :)

 

Moi, mes grosses roches sont…

pot-avec-grosses-pierresConnaissez-vous la métaphore des pierres ? Je l’avais déjà vue sur le web dans un genre de photo-montage quétaine, mais mon amie Julie me l’a fait redécouvrir tout récemment. Elle m’a dit l’avoir entendue à une formation sur la gestion des priorités au travail, alors qu’un expert avait utilisé cette analogie pour le plus grand plaisir de tous. Bon. Si tout cela est du coréen pour vous, lisez ce qui suit :

Un jour, un vieux professeur fut engagé pour donner une formation sur la gestion du temps à un groupe d’une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines.

Debout, devant ce groupe d’élite, le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : « Nous allons réaliser une expérience. »

De sous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot Mason d’un gallon qu’il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu’au bord et qu’il fut impossible d’y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :

« Est-ce que ce pot est plein? ».

Tous répondirent : « Oui ».

Il attendit quelques secondes et ajouta : « Vraiment? ».

Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s’infiltrèrent entre les cailloux… jusqu’au fond du pot. Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et redemanda : « Est-ce que ce pot est plein? ». Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège. L’un d’eux répondît: « Probablement pas! ».

« Bien! » répondit le vieux prof.

Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table une chaudière de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot. Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il leur demanda : « Est-ce que ce pot est plein? ». Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent : « Non! ».

« Bien! » répondît le vieux prof.

Et comme s’y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d’eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu’à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda : « Quelle grande vérité nous démontre cette expérience?  »

Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondît : « Cela démontre que même lorsque l’on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire. »

« Non », répondit le vieux prof. « Ce n’est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante: si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous ensuite ». Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l’évidence de ces propos.

Le vieux prof leur dit alors : « Les grosses roches représentent les priorités de votre vie, ce qui vous tient le plus à coeur. Quels sont les gros cailloux dans votre vie? »
« Votre santé? »
« Votre famille? »
« Vos amis? »
« Réaliser vos rêves? »
« Faire ce que vous aimez? »
« Apprendre? »
« Défendre une cause? »
« Relaxer? »
« Prendre le temps…? »
« Ou… toute autre chose? »

« Ce qu’il faut retenir, c’est l’importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de passer à côté de ce qui fait notre bonheur. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n’aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie. Prenez le temps de bien identifier vos cailloux et mettez-les dans votre pot dès aujourd’hui.  »

J’ai trouvé que cette métaphore tombait à point, moi qui dispose maintenant de plus de temps dans mes journées en étant devenue travailleuse autonome. De nos jours, il est tellement facile de perdre son temps (si précieux) que j’ai voulu classer mes roches pour être sûre d’optimiser mon horaire. Voici donc à quoi ressemblait mon quotidien aujourd’hui (ce n’est qu’un exemple), suivant la classification de mes grosses berthas de roches :

Priorité Famille (ne plus courir à la garderie le matin pour passer du temps avec mes filles).

Priorité Amis (aller une matinée à l’Économuséum avec mon amie Isa et ses jumeaux. Le reste attendra.).

Priorité Santé (cuisiner des brownies santé et faire un petit tour de jogging plus tard en après-midi).

Priorité Projets (prendre un brief de rédaction par téléphone, travailler, réseauter, écrire ce blog).

Priorité Maison (tondre le gazon pour enlever cela à mon chum qui en a bcp sur les épaules…).

S’il reste du temps, faire place à l’imprévu.

Ciao les belles. Méditez là-dessus, ça peut changer votre vie ! :)

Jogging familial

IMG_1886

J’habite la même rue que ma tante, en diagonale, et ma cousine Dominique (sa fille) vient d’acheter une maison à deux bâtisses de la mienne. Je suis super contente et je rigole tout le temps en disant qu’un jour, notre famille va posséder la rue Clermont au complet (nom de rue fictif). :)

Cet heureux déménagement fait en sorte que j’ai maintenant une partenaire de course en la personne de ma cousine, avec sa fille de 11 ans Rosalie quand elle veut se joindre à nous. D’ailleurs ce matin, à 8h10, ça sonne à la porte. C’est Rosalie :

– Allo Geneviève. Maman fait dire que si tu veux venir, on partirait courir vers 8 h 30-9 h. Pas trop tard parce qu’on attend les contracteurs… Juste une trentaine de minutes pour une petite balade.

– Ben tu parles si ça me tente ! Je finis quelques trucs et je traverse !

Je traverse. J’adore cette expression. Elle montre toute la proximité de ma famille, de la facilité de se voir presque chaque jour et du plaisir de se faire des coucous de nos fenêtres. Tout cela dans le respect et le non-envahissement de chacun.

J’ai fini de peigner mes filles, j’ai rangé notre vaiselle post-crêpes et sirop d’érable et j’ai sauté dans mes runnings.

C’est cool la famille. Et c’est la clé de l’anti-isolement, des liens forts, des ressources disponibles. Je sais qu’en cas majeur de pépin, je peux appeler ma tante ou ma cousine pour leur demander de désarmer le système d’alarme qui sonne en débile, d’accueillir une livraison de courrier si je suis absente, etc. Et quand Rosalie sera un peu plus vieille, on aura une autre ressource de gardienne pour aller au cinéma ou bruncher en amoureux. Yes.

Bon jogging, mesdames. :)

Et si cela peut vous motiver à bouger, il y a Karine Champagne et ses Mère-Veilleuses qui ont une page FB motivante. Leur leitmotiv ?  »D’la marde, j’vais courir ! »

Dentiste 101

IMG_1649

Devinez où on avait si hâte d’aller, mère et fille, sous la pluie ? Chez le dentiiiiste !

C’était hier le tout premier rendez-vous de ma 4 ans chez un professionnel des dents. Très excitée la fillette, d’autant plus que je la crinque depuis quelques jours en lui dorant la pilule. Un dentiste, ce n’est pas très l’fun à visiter, mais je lui ai seulement parlé des bons côtés. Et c’est juste ça qu’on a eu : du fun.

L’hygiéniste dentaire était formidable pour expliquer les 1001 instruments à Delphine, pour lui faire choisir la saveur de pâte polissante, pour lui offrir une surprise, etc. La visite a duré un bon 30 minutes qui est passé comme une balle, pendant que je prenais quelques clichés et les textait à mon chum comme une maman émerveillée par pas grand-chose. Vous vous reconnaissez, je suis certaine. :)

J’ai récolté pour vous quelques petites infos très utiles au sujet des dents des enfants :

  • La première visite d’un enfant chez le dentiste peut être autour de 3 ans. Chez nous, j’attendais que ma fille soit un peu plus mature pour faire le grand saut.
  • L’examen dentaire est couvert par la RAMQ jusqu’à l’âge de 9 ans, à concurrence d’un examen par année. Seuls le polissage et une autre chose (m’en rappelle plus, désolée… peut-être est-ce le nettoyage ?) sont à payer. Avec mes assurances, nous avons donc déboursé un maigre 17,50 $ pour la visite. Yé !
  • Quand vous prenez rendez-vous pour l’année d’après, assurez-vous que 365 jours se sont bien écoulés, sinon la RAMQ ne couvrira pas les frais. Si vous tombez sur une secrétaire qui distribue les rendez-vous un peu rapidement, vous risquez de vous faire prendre.
  • Les premières dents peuvent tomber aussi tôt qu’à 5 ans. Les dentistes peuvent donc ne pas plomber une dent s’ils jugent qu’elle va bientôt tomber et que ça ne vaut pas la peine. Par contre, les molaires tombent vers 10-12 ans. Ils faut donc les traiter sans quoi on peut avoir de mauvaises surprises.
  • Si vous êtes comme moi et ne passez jamais la soie dentaire (je sais, je sais…), sachez qu’il est important d’AU MOINS la passer sur les 8 molaires de vos enfants parce qu’elles tombent plus tard dans son développement.
  • Si votre enfant a des dents légèrement espacées comme ma fille, vous êtes en business ! Il y a donc de la place pour les dents d’adulte et… ciao les broches !
  • Une surprise en fin de visite, c’est primordial. J’avais prévu le coup au cas où mon dentiste n’ait pas de bidules. Delphine a choisi deux tatous dans le beau gros bac de l’hygiéniste. Il y avait même des bagues comme dans mon temps. Flashback des années 80. :)

Et voilà ! Delphine et moi sommes reparties de là en gambadant et en chantant : Pas de carie, belles dents !

Bon mardi les belles. xxx

Des nouvelles de mon p’tit coeur

Je suis allée ce matin au Royal Victoria pour faire mon suivi en cardiologie, à la suite de mon petit épisode de novembre dernier.

Roulement de tambour…

Le p’tit coeur de la madame va bien, il est normal et bien beau ! DANSE DE LA JOIE.

La doc était incroyable (j’adore cet hôpital, je suis passée en 2 secondes) et m’a tout simplement rassurée. Non, ce n’était pas le coeur, non ce n’était pas une crise de panique… c’était juste une syncope-choc vagall avec de la banale basse pression. Mais ma pression est toujours basse, donc pas de trouble avec ça.

Le traitement ? On boit beaucoup d’eau pour irriguer les vaisseaux sanguins, on ajoute du sel pour que l’eau soit maintenue dans les vaisseaux et ne passe pas dans les tissus, on se lève lentement de notre siège, etc. Et si jamais je suis étourdie et ne peux pas m’asseoir (ex. : dans le train), j’ai un petit exercice à faire avec les mains, pour pomper le sang vers le coeur. Pfff, facile, j’adore.

– Reprenez votre vie normalement. Vous pouvez reprendre la course, vous pouvez prendre l’avion, etc. Votre épisode est trop bénin pour que ce soit une crise de panique. Tout est beau. On se voit dans 6 mois pour un suivi, mais ne vous inquiétez pas.

DANSE RAP HIP HOP DE LA JOIE.

Je suis sortie de là avec un sourire de 1 kilomètre. J’aurais été bien embêtée de savoir que c’est des crises de panique, ou que le coeur a un défaut. Merci mon Dieu de me donner un corps en santé.

Maintenant, je m’en vais manger salé. Par ici soupe aux boulettes, par ici chips de kale… :)

Première visite en acupuncture à vie

Hier, je visite pour la première fois de ma vie une acupunctrice dans le but de régulariser mon p’tit coeur qui bat drôlement ces temps-ci.

Je rentre dans l’appartement de la rue Saint-Denis. J’adore cette rue, ça s’annonce bien. C’est beau, ça sent bon, c’est caaaalme.

Je m’assois, je regarde partout comme une belette. Puis, je lui explique pourquoi je consulte, qui m’a référée, ma santé en général. Elle parle doucement et pas très fort. Ça me fait rire, elle est le parfait cliché de l’acupunctrice du Plateau, un peu grano et zen.

Après une longue entrevue d’au moins 30 minutes, je m’étends sur la table. Je n’ai absolument pas peur des aiguilles et c’est même un plaisir pour moi que de prêter mon corps à une nouvelle expérience. Je suis par contre sceptique sur les résultats (la nuit que je passerai quelques heures plus tard confirmera ou infirmera ces préjugés… lisez la suite). Elle me recouvre d’un drap de papier.

– Est-ce que je peux voir ta langue ?

– Ma langue ?

– Oui, ça m’en dit beaucoup sur la santé des gens.

Je luis fais une grimace. Elle sourit et me dit un Wow qui me fait sourire à mon tour.

– Ta langue est très belle, et crois-moi, j’en vois beaucoup. Pas rouge, pas blanche, pas fissurée, pas d’enduit. Tu es en bonne santé, ça se voit. Une belle langue, c’est une langue rose et lisse comme celle des bébés. Ils ont des langues neuves, leur corps est neuf. As-tu froid ?

Je suis en bobettes, mais je n’ai pas froid. J’attends qu’elle me pique, ce qu’elle fait doucement avant de me laisser mijoter une vingtaine de minutes. Je me dis qu’il ne faudrait vraiment pas qu’il y ait une alarme de feu.

Après la séance, elle me fait un long discours passionnant et très généreux (ça fait 1h30 que je suis là !) sur le mode de vie contemporain en général.

– Tu as eu deux grossesses rapprochées, tu as allaité longtemps, puis tes règles sont revenues. Tu t’es aussi mise à courir dans la dernière année. Ça en fait beaucoup pour le corps. Les nuits écourtées, le retour au travail, tout ça. Ton corps te dit tranquillement qu’il a besoin qu’on s’y intéresse. Mais ne t’inquiète pas, ton entrevue nous indique que ta machine va très bien.

– Mais c’est quand même le coeur…

– En effet, et j’ai travaillé le méridien coeur-reins. J’ai hâte de voir comment tu vas réagir dans les jours qui viennent. Sois attentive et prends des notes s’il le faut.

Je pose une question.

– Les gens qui consultent le font pour quoi en général ?

– De la fatigue surtout. Des dépressions ou des maux musculo-squelettiques. Les gens sont stressés, ils mangent de la crap, ils se poussent à bout. Et parce que le corps ne dit rien, ils continuent. Jusqu’à ce que justement, le corps se mettent à parler.

Je me lève doucement. J’en prendrai encore longtemps, mais je dois partir parce que 1- j’ai une faim de loup et 2- je veux rentrer coucher mes filles.

Alors, alors, alors ! Le verdict de cette première séance ?

J’ai dormi comme un bébé la nuit suivante, mon coeur bat normalement et je suis assez calme, merci. Reste à voir si ça va persister, mais je suis très contente de ma visite. Bon maintenant, vous pouvez toutes aller voir votre langue dans le miroir, si ce n’est déjà fait. :)

****

Note positive du jour : J’ai enregistré aujourd’hui une pub radio avec mon acteur préféré, F. Létourneau. Je lui ai dit : ‘Maudit que je t’aime toi.’ Et il a dit : ‘Moi aussi.’ Hoooon.

 

Petite virée en ambulance

Mercredi dernier, 15h15. Je suis à mon bureau. J’ai des douleurs thoraciques, je ne me sens pas top shape. Je vais voir sur Internet les mots ’embolie pulmonaire’ par curiosité. Très mauvaise idée. Mon coeur s’accélère, je me lève, fais une vingtaine de pas et tombe dans les bras d’une collègue.

Tout raconter serait trop long, mais disons que mes collègues ont appelé le 911, les pompiers sont arrivés en un claquement de doigts, puis deux ambulanciers. Interrogatoire en règle, oxygène, électrodes partout sur le corps (10 !)… Très impressionnant tout cela. J’avais repris conscience, je faisais même des blagues sur les beaux pompiers, mais j’étais inquiète. What the fuck ?

Mon chum était au Saguenay, mais il est revenu d’urgence (pauvre amour !). Mes beaux-parents se sont occupés des enfants (mille mercis !) et une gentille collègue m’a accompagnée à l’hôpital jusqu’à ce que mes parents arrivent. Conclusion : j’étais bien entourée. Et quand tu arrives sur une civière avec une pression à 98 et un pouls à 57, tu vois un gentil médecin assez rapidement.

Mère et fille, en attente du verdict. On réussit à en rire, entre deux parties de dame de pîque.

Mère et fille, en attente du verdict. On réussit à en rire, entre deux parties de dame de pîque.

Voici un petit bilan humoristique, parce qu’il faut bien en rire :

– Il ne faut jamais donner de l’eau à quelqu’un qui vient de s’évanouir, malgré qu’il ait très, très envie d’en boire.

– Si vous vous évanouissez, vous verrez sur le visage de vos collègues des expressions que vous n’avez jamais vues.

– Les ambulances sont propres et ultra modernes. Pour un instant, je me suis sentie en 2025.

– Le personnel du Royal Victoria est tellement bilingue que ça donne des complexes.

– Les repas d’hôpital ne sont pas infectes. Le pâté chinois était très bon, la compote de pommes aussi.

– Entendre les mots électrocardiogramme, radiographie des poumons, prise de sang, c’est pas vraiment doux à l’oreille. Te faire dire que tu devras faire un suivi en cardiologie non plus.

– Suivre un cours de secouriste au travail exactement 7 jours avant un incident, et tomber dans les pommes au travail, dans les bras de la personne avec qui tu étais en équipe dans le cours : irréel (et comique !).

– Écouter en rafale les émissions de Au secours de Béatrice pendant ta convalescence : autre mauvaise idée.

– Le mot syncope est le mot médical pour dire s’évanouir. C’est aussi le mot qu’on utilise pour parler des pertes de conscience des grands-mères…

Ça m’aura pris 4 jours à revenir presque complètement comme avant. Maintenant chères amies, je vais mieux. Merci de votre soutien, de vos appels, de vos messages Facebook, de vos textos à mon chum.

****

Note positive du jour : On a réussi à faire aimer les nouvelles bottes d’hiver à ma presque 4 ans en lui mettant des boucles roses. Des fois, je me demande si on en fait trop. ;)

photo 2-1

Direction clinique, un beau dimanche matin

On va finir par en rire : chaque fois que je vois les meilleurs amis de mon chum, il y a toujours quelqu’un d’entre nous qui va mal, très mal. En avril, c’était leur fiston qui a vomi dans notre parc, alors qu’il faisait dodo et que nous buvions du vin, entre le repas et le dessert. Gastro. Certains d’entre nous sommes tombés au combat quelques jours plus tard.

En juin, c’était moi et mon chum qui avions un streptocoque à la gorge, mais on ne le savait pas encore. Cette fois, on était en visite chez eux. Personne n’a été malade par la suite, malgré le haut taux de contagion.

Puis,  hier, ma Delphine avait mal à la gorge, alors qu’on était chez un autre couple du même groupe. Après vérification avec une flashlight : petits picots blancs dégueulasse dans le fond du gorgotton. Wow. Jamais deux sans trois. On a heureusement passé une super soirée quand même (c’est fou ce que 5 ml de Tempra peuvent faire…).

Donc ce matin, je me pointe à la clinique grâce à un super site web qui attribue des rendez-vous, moyennant 15 $. On avait rv à 9h30, on est passées à 9h40, merci bonsoir. Merci Marie-Pierre pour cette découverte, ça valait chaque sous.

Donc, je suis à la clinique. La doc mi-anglo, mi-franco nous questionne, examine la gorge, puis déclare :

– C’est un streptocoque A, elle a tous les symptômes.

– Ça veut dire des antibiotiques ?

– Oui.

Sur ce sujet, on ne m’en passe pas une. Je réponds gentiment :

– J’ai eu un strepto A début juin. J’aimerais qu’on fasse le test de culture avec un Q-tips si possible, pour voir si c’est vraiment un streptocoque qui nécessite des antibios.

– Oui, bien sûr. Il y aura des frais de 20 $.

On chante 8 comptines à Delphine pour qu’elle accepte d’ouvrir une deuxième fois la bouche. Quand elle l’entrouve, la doc passe le Q-tips à la vitesse de l’éclair. Cinq minutes plus tard, on a les résultats. Pas. De. Streptocoque. No, niet, nada.

La doc est mal à l’aise de s’être trompée. Je suis un peu contente du résultat, mais pas trop, car il existe beaucoup de faux négatifs dans ce test-maison et j’ai le sentiment qu’on n’est pas vraiment fixés. Une vraie culture de gorge en labo serait souhaitable. Je dis :

– Bon ok… Alors c’est un virus ? On attend que ça passe ?

– C’est cela. Ça passera en quelques jours, ne vous inquiétez pas.

Voilà où nous en sommes. Comme quoi il faut parfois insister pour obtenir les soins de santé que l’on veut. Reste à voir si le test est concluant et que le mal de gorge de Delphine s’estompera.

À la voir gambader dans la cuisine et crier à tue-tête, ça devrait aller.

Standing by… :)20140815-132206-48126654.jpg

Sur une autre note, je vous donne un truc pour éviter que les boîtes de jus Minute Maid débordent sur vos petits, le divan, le plancher, etc. quand ils les tiennent dans leurs mains. Un classique qui arrive 100 % des fois que mes enfants boivent de ces jus maléfiques.

Il suffit simplement de déplier les ailes de la boîte sur le côté et de demander à vos enfants de la tenir par l à. Après quelques gorgées, ils pourront tenir la boîte normalement, ça ne débordera plus. Sur la photo, ma 23 mois fait tout le contraire de ce qu’il faut faire, mais c’est mon chum qui gérait ça, … ;)

Merci à Marie-Pière pour le truc (une autre MP, il y a beaucoup de Marie-Pierre dans ma vie, et elles écrivent toutes leur nom différemment). J’en profite pour saluer une 3e Marie-Pier de Vancoucer, celle-là. :)

Bye les moms, mes petites me réclament.

Petit moment de réflexion

this-is-your-life

Une amie collègue que j’appréciais beaucoup a quitté l’agence pour suivre son homme dans son pays natal. On discutait parfois ensemble et elle se passionnait pour mes grossesses. En nous quittant, elle nous a tous envoyé ceci. J’ai trouvé cela très inspirant et tenais à vous le partager.

Mes phrases préférées : Do what you love, and do it often. Stop over analyzing. Life is short.

Ça veut donc dire que je vais me prendre un cidre ce soir, parce que même si on est mercredi et que les vacances sont finies, life is short. Il faut apprécier ce qu’on a, même dans le frigo. :)

Cheers.